LES PORTES DU PARADIS (Voir texte plus bas) Huile sur toile 18 x 14 pcs

art lise fortin croissance

Ce musicien rencontré au cœur d’une rue achalandée
Semblait si bien installé au cœur de son don.
Les klaxons des voitures, les passants agités,
L’absence totale de silence
Ne semblaient en rien affecter sa quiétude active

C’est pour moi l’image même du paradis,
Cette capacité de rester en contact avec soi-même
Quelques soient les mouvements environnants.

Il m’est resté de cette rencontre
Un goût d’être davantage moi-même
Calme et sereine, en société

Le paradis, quoi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s